Reconstruction mammaire

À propos de la reconstruction mammaire

L’intervention chirurgicale a pour but de reconstituer le volume et les contours du sein par la mise en place d’une prothèse en dessous du muscle pectoral et/ou en utilisant vos propres tissus.

Elle ne constitue que l’un des temps de la reconstruction mammaire complète qui comporte en outre selon les désirs de la patiente, une reconstruction de l’aréole et du mamelon et éventuellement une intervention sur le sein controlatéral pour améliorer la symétrie.

Contacter le Dr Ballieux

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Types de reconstruction

La reconstruction mammaire n’est jamais obligatoire, et reste un choix personnel. L’utilisation d’une prothèse externe peut être satisfaisante pour certaines femmes. L’approche chirurgicale de la reconstruction du sein est unique à chaque patiente, car elle dépend de la taille/forme de ses seins et de sa situation médicale.

Reconstruction par lambeau autologue

La reconstruction par lambeau autologue utilise vos propres tissus (peau, graisse et muscle) pour reconstruire le sein amputé.

La reconstruction par lambeau pédiculé de grand dorsal utilise la peau prélevée au niveau du dos, le muscle grand dorsal et de la graisse attenante. Ce muscle n’est pas indispensable pour les gestes de la vie courante. Une prothèse peut être nécessaire afin de recréer le volume mammaire. La reconstruction par lambeau de grand dorsal restaure immédiatement un volume et une forme permettant à la patiente de s’habiller normalement.

La reconstruction par lambeau libre de grand droit de l’abdomen (DIEP) a pour but de reconstituer les contours du sein par le transfert au niveau du thorax de l’excès de peau et de graisse de la région abdominale. La technique donne au sein reconstruit une forme et une souplesse naturelles puisqu’il est constitué des propres tissus de la patiente. Cette reconstruction est définitive et suit les variations pondérales et les effets de la pesanteur comme le sein naturel. Il s’agit d’une intervention délicate qui nécessite que la patiente ait un bon état général. Un angioscanner des vaisseaux de l’abdomen doit être réalisé́ avant l’intervention afin de permettre la planification de celle-ci.

Prothèse d’expansion tissulaire et prothèse définitive

L’intervention consiste à mettre en place, le plus souvent sous la peau et le muscle pectoral, une prothèse interne. Cette prothèse interne est, dans les cas les plus simples, la prothèse permanente.

Dans certains cas, cet implant sera une prothèse temporaire d’expansion tissulaire destinée à accroitre la quantité́ des tissus de couverture (peau, muscle) de la prothèse permanente ce qui peut donner un aspect plus naturel au sein reconstruit. Dans ce cas, une seconde intervention sera nécessaire pour placer une prothèse définitive, celle-ci est souvent combinée à un transfert graisseux (lipoffiling) et/ou à un lambeau de couverture afin d’améliorer le résultat esthétique.

Reconstruction immédiate ou secondaire

L’opération peut être réalisée en même temps que la mastectomie, on parle alors de reconstruction immédiate, ou à distance des traitements complémentaires qui ont été nécessaires, on parle alors de reconstruction secondaire.

Reconstruction immédiate

Lors d’une reconstruction immédiate, la mastectomie et la reconstruction mammaire sont réalisées sous la même anesthésie générale. Habituellement, la reconstruction immédiate produit des résultats supérieurs avec moins d’interventions chirurgicales et offre un certain soulagement émotionnel associé à une image corporelle restaurée.

Reconstruction secondaire

La reconstruction secondaire est réalisée après la mastectomie. Cet intervalle de temps est parfois requis si la patiente doit subir un traitement de radio- chimiothérapie. La cicatrice de mastectomie est réutilisée comme voie d’abord en cas de reconstruction ; si elle peut parfois être améliorée, il est impossible de la faire disparaître.

Questions fréquentes

Le temps de récupération dépendra du type d’intervention. La chirurgie de reconstruction mammaire nécessite une hospitalisation de 2 à 7 jours et se pratique toujours sous anesthésie générale. Généralement la récupération après toute intervention chirurgicale suit cette chronologie :

Les 3 premiers jours
La plupart des patientes peuvent présenter des ecchymoses et un gonflement mineur. Le Dr Ballieux vous prescrira des analgésiques oraux pour maîtriser l’inconfort.

Visite postopératoire
Un rendez-vous postopératoire sera programmé environ 3 à 6 jours après l’intervention.

Retour au travail
La plupart des patientes sont prêts à reprendre leurs activités quotidiennes dans un délai de 1 à 2 semaines. Nous vous recommandons de ne pas conduire pendant 24-48h.

Activité physique
Il est recommandé de ne pas effectuer d’effort physique pendant un à deux mois.

Les risques sont inhérents à tout acte chirurgical aussi minime soit-il. Cet acte reste soumis aux aléas liés aux tissus vivants dont les réactions ne sont jamais entièrement prévisibles. Tout acte chirurgical peut provoquer un risque d’ecchymoses, de gonflement, de saignement et d’infection.

Il convient de distinguer les complications liées à l’anesthésie et de celles liées au geste chirurgical. Ces complications rares seront discutées en consultation et dépendent du type de correction : altération transitoire de la sensibilité cutanée et de la sensibilité des mamelons, trouble de la cicatrisation, infection, accumulation de liquide séreux, hématome, nécrose de la peau/glande/aréole, imperfection des résultats, complications liées à la prothèse, accidents thrombo-emboliques comme la phlébite avec le risque d’embolie pulmonaire.

Certains produits en vente libre et sur ordonnance peuvent entraîner des complications avant et après la chirurgie. Ils peuvent augmenter votre tendance à saigner pendant et après la chirurgie. Ne prenez aucun médicament contenant de l’aspirine ou en rapport avec celle-ci deux semaines avant la chirurgie. Ceci inclut les anti-inflammatoires et les anticoagulants.

Veuillez consulter le Dr Ballieux pour savoir si vous devez arrêter de prendre vos médicaments. Deux semaines avant l’intervention, il est également conseillé d’arrêter tous les médicaments à base de plantes, de vitamine E et les poudres protéinées. Les plantes les plus utilisées sont l’échinacée, l’éphédra, l’ail, le ginseng, le ginkgo, le kava, le millepertuis et la valériane. Elles peuvent nuire aux médicaments anesthésiques, prolonger les saignements et nuire à la cicatrisation après la chirurgie.

Les données scientifiques sont, à l’heure actuelle, unanimes quant aux effets néfastes de la consommation tabagique dans les semaines entourant une intervention chirurgicale. Ces effets sont multiples et peuvent provoquer des complications cicatricielles majeures, des échecs de la chirurgie et favoriser l’infection des matériaux implantables (implants mammaires). Le Dr Ballieux conseille donc l’arrêt du tabac 6 à 8 semaines avant votre intervention.

Galerie photos

À la suite d’une loi votée le 25 mars 1964, l’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé interdit toutes photos avant-après sur les sites web en Belgique.

Un album photo digitalisé illustrant les résultats avant-après sera mis à disposition des patients en consultation.

Vous pouvez aussi suivre le Dr Ballieux sur Instagram! @dr.fannyballieux

Contacter le Dr Ballieux

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Very caring and helpful throughout my process, loving my breasts more and more every day.

Thank you!

Annalise Lynch